Post Rock, Post Metal Doom, Sludge, Trip Hop, Prog, Mathrock, Chaotic Hardcore. Des mots tout cela, des étiquettes. Laissez-vous guider par mes émotions. Orienter les vôtres et vous donner de quoi rêver. Planer ou encore vous déchaîner.

Des fois dans ta vie, tu ne comprends rien à ce qu’il t’arrive. Un coup tu as besoin de doom sludge ultra lourd, un autre tu as besoin de post metal gras et parfois tu as besoin d’un bon darkjazz. Et puis, tu as envie de quelque chose de différent mais tu te sens incapable de l’identifier. Alors tu attends, tu glanes à droite à gauche. Et totalement par hasard, tu tombes sur un groupe au nom d’une marque de bagnole. Je ne suis pas du genre à juger un livre par sa couverture mais je reconnais être décontenancé. Un groupe qui répond au nom de Maserati ne semble pas crédible, bien que d’entrée de jeu, le logo du groupe défonce. Tu écoutes quand même grâce à cela. Et là mon ami, tu te manges UNE BAFFE mais genre que tu ne la comprends pas d’où elle vient !

Sixième album des Américains si on suit leur Bandcamp. Enter The Mirror est une tuerie post rock mêlant beaucoup d’éléments électroniques super dynamités, puissants, rythmés et totalement déjantés. Imaginez le crossover : du post rock à la sauce Kraftwerk, bourrés de solos claviers et du chant électro version années 80, sur une rythmique complètement prenante, qui sait se faire puissante voire lourde si nécessaire. Strangers Things qui a bouffé du K-2000, ça te renvoie à Maserati. L’album est démentiel.

Le groupe dans toute sa splendeur

« 2020 » nous situe l’année, les voitures volent dans le ciel et n’importe quel crétin peut se croire pilote d’avion. Kent Ucky d’ailleurs, notre crétin (avoue, elle est à chier) doit aller chercher sa gonzesse pour l’emmener au bowling, Le MAZE R’ ATEE (avoue, elle est encore plus naze) dans cet univers revenu 40 ans en arrière mais toujours avec la technologie de notre époque. Kent se lance à bord de son bolide sur « A Warning in the Dark » mais sa fiancée Toy Yota (Elle vient du Japon la conne et je sais c’est mauvais) a disparu. Da Fuck shit merde faut la retrouver quoi ! Kent remonte dans son bolide à fond la caisse les propulseurs en écoutant « Der Honig », THE FUCKING CLAQUE OF THE WORLD que toute la jeunesse se passe en boucle, y’a putain de tout sur ce titre. Electro, rock, post ? Des mots tout ça hein. Il la cherche et n’a d’autre choix que de passer de l’autre côté du monde. « Welcome the Other Side » !!!!! On nage en plein délire épique. La conne a été enlevée par David Hasselhof, celui-là même qui conduit K-2000, t’es foutu mon salaud, elle t’a quitté, elle en aime un autre. Tu te sens vide, tu te sens « Empty » mais la tristesse dans ton monde ça n’existe pas !

On rebondit sur ses pattes et on repart sur le MAZE R’ ATEE et on va se terminer au bar des poivrots sur « Wallwalker », plus psyché que ça, tu es sous champi. Et devine sur qui tu tombes ? Sa pote coréenne Hyu Die (je plonge six pieds sous Terre, laissez-moi tranquille). Au premier regard, tu l’aimes mon vieux. Et elle aussi. La vie va commencer en s’enfuyant avec le bolide à deux en entrant dans le miroir. Mais où mène-t-il ? Bonne Chance Kent et Hyu! Because You Can ( bouaaaah, avoue tu l’as pas sentie venir celle-à).

Je n’avais absolument pas calculé cette mini mini mini nouvelle. Je viens de l’écrire en écoutant les 38 minutes de cet album hyper pêchu qui plaira à fond aux inconditionnels des années 80, de post rock et des ambiances aux claviers prédominants. J’ai pris un pied phénoménal à écrire cette chronique et écouté l’une des toutes grosses releases de 2020. Alors, un conseil : pose ton sac, enfile des bas collants, ton jeans troué et file écouter Maserati au MAZE R’ ATEE.

Bonne écoute

  • Tiph

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *