Rédacteur en chef et Fondateur de NMH. Spécialisé dans le post-rock, l'ambient, le post-metal, le psychédélique et la musique progressive en général.

Originaire de La Louvière, dans le Hainaut en Belgique, c’est en toute logique que le talentueux bassiste se devait d’enregistrer son premier album dans sa ville natale. C’est au Trente-Trois Tours, bar qui permet aux musiciens issus de tous styles d’exprimer leur talent dans un cadre sympathique, que Loris et son band ont délivré une performance tout à fait remarquable que je vous présente dans cette modeste chronique.

Alors que la température atteint des sommets caniculaires, en juin 2017, le groupe, composé de grands musiciens de la scène belge (Patrick Dorcean à la batterie, Igor Géhénot aux claviers, Xavier Bouillon aux synthés, Hervé Letor au saxophone et bien sûr Loris Tils à la basse), s’apprête à partir dans une improvisation folle qui durera deux fois une heure.

L’album vous propose de découvrir une cinquantaine de minutes de leur set, une sélection qui reprend le meilleur de ce que le groupe est capable de délivrer. Aucune préparation, seulement un accord choisi juste avant de monter sur scène et une bonne dose d’envie de s’amuser et de folie et vous avez la recette d’une soirée-concert réussie.

Le talent et la virtuosité du groupe sont indéniables, l’amitié que les musiciens partagent se ressent dans les compositions qui, « malgré » (ou grâce à?) l’improvisation, réussissent à transmettre le sentiment d’une incroyable cohérence. Si vous ne me croyez pas, prenez simplement « Classy Part1&2 » et découvrez comment ils s’accordent parfaitement et entrent dans une véritable osmose musicale que les spectateurs du jour ont vraiment dû adorer.

C’est un savant mélange de jazz et de funk qui se dégage de One Take. Ne fuyez donc pas si vous n’êtes pas un amateur de jazz, car ceci pourrait bien vous plaire! C’est la volonté de casser les codes et de fusionner les univers musicaux qui rend ce disque accrocheur et donne une incontrôlable envie de bouger.

Tout y est, de l’ambiance euphorique et réjouissante de « Here We Go » et « Classy 1&2 » à l’atmosphère séduisante de l’excellent « Sunset Road » en passant par le très dansant « Hotter than Hell« , One Take est un album incontournable de cette année 2018. Et pour couronner le tout, le mastering de Vincent Debast rend véritablement honneur à la qualité musicale du groupe avec un son impeccable.

Que dire de plus si ce n’est vivement le prochain?

  • Guillaume

Retrouvez Loris Tils et son groupe en concert :

31 mars 2018 – Trente-Trois Tours (La Louvière)
9 avril 2018 – L’Archiduc (Bruxelles)
28 avril 2018 – La Verrerie (Braine-le-Comte)
12 mai 2018 – Kultura (Liège)
25-26 mai 2018 – Brussels Jazz Weekend
28 juin 2018 – Bar du Matin (Forest)
28 juillet 2018 – Dinant Jazz Festival
15 septembre 2018 – La boite à Zic (Nivelles)

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *