Rédacteur en chef et Fondateur de NMH. Spécialisé dans le post-rock, l'ambient, le post-metal, le psychédélique et la musique progressive en général.

Rémi Gallego est de retour avec son projet The Algorithm, son « main project » d’ailleurs puisque nous vous parlions il y a quelques mois de son autre facette originale de post-rock / synthwave : Boucle Infinie. Redécouvrez la chronique en cliquant ICI. C’est un retour aux sonorités plus métal accompagnées de « bleeps and bloops » de qualité que ce « Compiler Optimization Techniques » nous propose.

Connu pour son humour sur les réseaux sociaux, sa gentillesse et surtout son talent de compositeur, Rémi explore, en cinq morceaux et une quarantaine de minutes, les méandres mélodiques de la musique électronique associée au métal progressif / technique. Cela donne un genre tout à fait original, survitaminé et surtout richement complexe. Si vous êtes fans de musique progressive et de métal progressif instrumental au sens large, l’album devrait vous plaire.

Picture By Vollvincent

Donc, imaginez-vous un croisement entre les meilleurs groupes de synthwave et d’electro accompagné d’une sauce relevée façon Animals as Leaders et vous aurez quelque chose de semblable à The Algorithm. Attention, c’est uniquement pour vous permettre de vous représenter le style, je vous invite cependant à écouter le disque pour vous faire votre propre idée de ce concept tout à fait original que Rémi maîtrise à la perfection.

Le piège que Rémi a su intelligemment éviter avec ce genre de musique, c’est de tomber dans la musique électronique pure et dure, celle qui sonne froid et ne touche pas l’esprit et les sens. Heureusement, avec les années, l’artiste français a acquis des compétences techniques indéniables qui lui permettent de donner à ce disque une tonalité profondément professionnelle. Cela se ressent dans la diversité des compositions. En effet, certains morceaux, comme « Cluster », sonnent plus métal et apportent de la puissance à l’opus alors que « Binary Space », par exemple, penche plus du côté électronique pour appuyer la rythmique survoltée de tout l’album.

En incorporant une facette musicale un peu « geek » à sa musique, Rémi rend ses projets originaux et intelligemment ficelés. The Algorithm en est un bel exemple avec ce quatrième disque plus que réussi. On a hâte de découvrir ça en live un de ces quatre. Les morceaux doivent prendre une ampleur telle sur scène qu’il est difficile de ne pas imaginer un concert explosif.

Alors, en un mot : « Oui. »

  • Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *