Rédacteur en chef et Fondateur de NMH. Spécialisé dans le post-rock, l'ambient, le post-metal, le psychédélique et la musique progressive en général.

UNE PARTIE DE CETTE INTERVIEW A ÉTÉ PUBLIÉE DANS LE NUMÉRO 91 (Janvier 2018) DE PROG-RÉSISTE, LE MAGAZINE DE ROCK PROGRESSIF BELGE QUE VOUS POUVEZ DÉCOUVRIR EN CLIQUANT ICI. NOUS VOUS RECOMMANDONS CHAUDEMENT CETTE REVUE BIEN ENTENDU!

J’ai eu l’immense plaisir de converser pendant un peu moins d’une heure (l’interview est longue mais ça vaut la peine!) avec le très sympathique Erlend Viken, leader du groupe Soup. Le groupe norvégien est auteur de Remedies, une fresque post-rock/prog rock vraiment grandiose. Nous avons beaucoup digressé, car nous nous sommes rendu compte que nous sommes tous les deux bourrés d’humour, alors voici ce qu’il faut retenir de notre entretien. Je vous souhaite d’accrocher au personnage autant que moi, Erlend est un boute-en-train qui ne se prend pas la tête !

New Musical Horizons – Bonjour Erlend, merci pour cette opportunité et prépare toi, parce que j’ai pas mal de questions bizarres à te poser !

Erlend Viken – Oh super, je préfère les questions bizarres parce qu’on nous pose toutes sortes de questions inintéressantes ou redondantes comme « Expliquez le nom de votre groupe » ou « D’où venez-vous ? ». Sérieusement c’est ennuyant à mort…

NMH – Bien sûr, nous avons eu la chance d’interviewer le groupe Lost in Kiev

EV – Oh oui, un groupe de post-rock ?

NMH – Oui, de Paris. La question « pourquoi êtes-vous perdus à Kiev ? » est tentante mais tellement facile ! *rire*

EV – Oh oui *rire* J’ai eu tellement de fois la question « Pourquoi le nom Soup ? » tu sais… Maintenant j’improvise, je donne une réponse différente à chaque fois parce que j’ai toujours de nouvelles idées *rire*

NMH – Tu devrais dire « C’est parce que j’aime la soupe » et t’arrêter là.

EV – Haha ! Ouais, c’est vrai ! *rire*

Erlend et ses musiciens

NMH – Bon, allons-y. Dans un post Facebook, vous avez récemment dit « On dirait que quelqu’un a vraiment vu nos vraies influences, et pas ces nouveaux groupes de prog que nous n’avons jamais écouté ». Je me rends compte que la « haine » autour des nouveaux groupes de prog et du neo-prog en particulier est omniprésente ou du moins fort populaire. Donc, pourquoi ne pas écouter ces groupes ?

EV – Ce n’est pas que je veux pas les écouter, je ne les ai jamais entendus, c’est tout. Aucun d’entre nous en fait. C’est la raison pour laquelle j’ai créé ce post. Tout le monde pense que nous nous sommes inspirés de ces nouveaux groupes de prog mais la vérité c’est que nous ne les avons jamais entendus : Anathema, Steven Wilson, Porcupine Tree ou que sais-je… Nous avons peut-être écouté récemment certains morceaux pendant 20 ou 30 secondes pour comprendre toutes ces comparaisons.

Nous faisons peut-être partie de cette scène, c’est probablement la raison pour laquelle les gens nous comparent à ces groupes.

NMH – Vous avez votre propre identité en tout cas. Vous n’êtes pas « encore un autre groupe de prog » ! *rire*

EV – *rire* C’est probablement le problème que j’ai avec le néo-progressif ou les groupes récents. Parce que leur intérêt semble être ciblé sur la ressemblance aux groupes de progressifs classiques, leurs idoles. Mais, selon moi, ils n’y arrivent pas, ils ont tous ces instruments en « plastique », ces effets numériques moches et… Tu vois dans les années 70, tout ça était analogique et organique. Les groupes de prog récents ne sont pas comme ça. On dirait qu’ils enregistrent tous les instruments en même temps sur un ordinateur et plus rien n’est analogique.

Ça sonne froid, mais aussi j’ai un souci avec la manière dont tout ça est construit. Je ne crois pas en ces manières de construire la musique. J’ai souvent l’impression que ces groupes ne sont pas sincères, qu’ils ne sont pas honnêtes avec leurs compositions. Ils essaient de ressembler à un musicien progressif intelligent qui fait des trucs de fou mais il n’y a pas d’âme, pas de cœur… C’est le problème que j’ai avec cette scène.

NMH – Ceci dit, j’étais un peu surpris que vous ne connaissiez pas Steven Wilson parce que vous avez quand même travaillé avec Lasse Hoile pour vos visuels et vos photographies. Comment est-ce que ça s’est passé ?

EV – Lasse a fait vraiment du beau boulot avec notre pochette d’album (NDLR : Remedies). Il y a d’ailleurs une anecdote à ce sujet. Nous travaillons avec Lasse depuis longtemps et quand nous planifiions de faire Remedies, il avait de nouvelles idées qu’il voulait tester pour nous.

Il avait besoin d’outils et d’accessoires que nous avons en quelques sortes payé tu sais : des lampes U.V., de la peinture et ce genre de trucs. Nous avons donc investi pour qu’il puisse faire ces choses-là.

Quand notre album était terminé, tant au niveau de la musique que de la pochette, nous attendions de le sortir et devine quoi ? Steven Wilson !

Il avait vu ces images et voulait vraiment en utiliser quelques-unes aussi. Lasse m’a appelé pour me demander s’il pouvait utiliser quelques images pour Steven. Tout ça était originellement prévu pour Soup et j’avais vraiment besoin d’argent donc je ne pouvais pas me permettre de refuser. Et puis Lasse avait le droit d’utiliser ses photos pour lui aussi gagner de l’argent donc…

Nous voulions bien sur partager avec Steven mais nous voulions quand même garder une série de photos qu’il n’a pas pu utiliser. Donc Steven a pu en récupérer quelques-unes.

Pour la petite histoire, quand nous avons sorti Remedies, quelqu’un a commenté notre publication en disant « Oh, vous avez été inspirés par les visuels de Steven Wilson ! »… *rire* C’est vraiment ironique parce que nous avons sorti notre album 1 mois après sa compilation.

Il a en quelques sortes volé le buzz autour des visuels.

NMH – Je comprends pourquoi tu ne l’aimes pas maintenant ! *rire*

EV – *rire* Je l’aime beaucoup en tant que personne, c’est vraiment un chouette type. Il est aussi ami avec Lasse depuis un moment mais il n’y a rien de plus que ça entre nous. C’est juste une histoire marrante avec ces photos et pour moi tout va bien. C’est un talentueux musicien avec un grand cœur, je n’ai vraiment aucun problème avec lui.

NMH – Voilà ma question suivante, avec laquelle on évoquera vos influences de manière un peu particulière. Quelle est votre plus grande influence et pourquoi est-ce Pink Floyd ?

 

EV – *rire* Ça c’est une bonne remarque *rire*.

NMH – C’est plus une plaisanterie bien sûr !

EV – Oui et ça me fait penser à cette explication des règles du football. Il s’agit d’un jeu qui se joue avec deux équipes et un ballon. Ils jouent pendant 90 minutes et l’Allemagne gagne. *rire*

NMH – C’est un peu ça oui ! *rire*

EV – Bon, revenons à Pink Floyd. C’est vrai car nous avons grandi avec Pink Floyd, c’est dans notre ADN musical. C’est aussi un point commun entre tous les membres de Soup. Tout le monde connait Pink Floyd.

Ce que nous aimons à propos d’eux, c’est qu’ils ne se concentrent pas tant que ça sur la technique et tout ça. Ils se concentrent sur les émotions et c’est important pour nous.

Il y a plusieurs groupes qui nous influencent et je pense que tous ces groupes communiquent beaucoup d’émotions plutôt que de se concentrer sur la technique. Soup n’est pas un groupe « intelligent » dans le sens que nous ne sommes pas capables de jouer du prog technique. Je sais à peine jouer des claviers et je ne suis pas un excellent chanteur non plus.

Nous ne sommes pas de talentueux musiciens mais nous avons notre manière de fonctionner et nous possédons cette ambition de communiquer une émotion.

NMH – Ça se ressent dans vos compositions, vous jouez avec votre cœur, encore plus avec Remedies.

EV – Si tu ne peux pas jouer avec ton cœur, alors ne joue jamais. Chaque musicien qui ne joue pas avec son cœur et continue de jouer de la musique est une connerie… C’est mon opinion. Tu dois avoir une sorte de motivation intrinsèque pour faire de la musique. Tu as besoin d’un moteur qui est soit en toi depuis ta naissance où dont tu as besoin pour conduire ta vie, pour te sentir heureux.

Tout ça est interne, et si tu essaies de construire ta musique de l’extérieur, tu ne survivras pas en tant que musicien.

Tu pourrais survivre financièrement, parce que l’industrie de la musique est foutue, mais pas en tant que musicien pour toujours.

NMH – En parlant d’influences, j’ai repéré un truc drôle sur votre page Facebook. Dans la section « influences », vous parlez de Motorpsycho, entre autres, mais il y a aussi « Laura Palmer Theme ». Ca m’a fait beaucoup rire parce que je me suis demandé s’il s’agissait uniquement de ce morceau-là ou bien de l’entièreté de la bande originale de Twin Peaks, composée par Angelo Badalamenti.

EV – *rire* Oh oui, Twin Peaks est une grande inspiration. L’émotion et la musique tu sais, Angelo Badalamenti l’a composée de manière tout à fait brillante pour la série. Donc ces morceaux tirés de Twin Peaks font également partie de nos points communs dans le groupe, nous avons tous regardé cette série. Nous avons déjà utilisé quelques morceaux de cette bande originale pour les intros de nos concerts. C’est une de nos inspirations étranges, en effet.

NMH – Vous semblez être un groupe très discret. Vous avez fait six albums depuis 2004 et seulement un peu moins de 7000 fans sur Facebook, même si ça ne veut rien dire bien sûr. Vous n’avez pas l’air de promouvoir votre musique de manière très… agressive, si je peux m’exprimer ainsi. Est-ce volontaire ou aimez-vous entretenir le mystère, le secret autour du groupe ?

EV – *rire* Hmm. Bonne question… C’est un problème compliqué en fait. Parce qu’une partie de moi veut être dehors en train de promouvoir notre musique en la jouant par exemple. Mais nos ressources sont limitées, mon énergie est limitée, j’ai un job à temps plein à côté de tout ça. D’une certaine manière, ce sont des excuses parce que si je le voulais vraiment, je pourrais me bouger le cul et promouvoir ma musique, la vendre un peu plus.

Une des raisons est une mauvaise gestion de notre business, une mauvaise compréhension de l’industrie musicale. Mais d’un autre côté, cela peut être intelligent de ne pas être trop arriviste.

En Norvège, on parle de nous en tant que « le secret le mieux gardé de l’industrie musicale ». Ce n’est pas très bon commercialement mais ça a une certaine intégrité que j’aime.

Une autre raison est que nous n’avons pas un réel promoteur en Europe ni de booker donc nous n’avons pas eu la possibilité de tourner pour faire notre pub.

Tout ce qu’il nous reste ce sont les contacts aléatoires que nous avons sur Internet, les réseaux sociaux, etc.

Nous n’avons pas l’argent non plus pour nous permettre d’acheter une publicité pendant la mi-temps du SuperBowl donc… *rire*

Ce n’est pas facile de faire connaître sa musique. Mais une chose est sûre, c’est que nous devons continuer à sortir des albums dont nous sommes fiers, dont nous sommes satisfaits. Je ne dis pas que ce sont les meilleurs albums de tous les temps, mais au moins ils représentent le meilleur de nous, à ce moment-là.

Mais nous gardons espoir, nous pensons qu’avec le temps, nos compositions vont se faire connaître. Nous continuons de recevoir des emails de chroniqueurs qui nous contactent pour des anciens albums, par exemple. Je me demande à chaque fois : « Comment êtes-vous tombés sur notre musique au Guatemala ? » ou quelqu’un en Iran ou au Pakistan… *rire*

Je crois que si on met tout notre cœur dans notre musique, un jour ça portera ses fruits.

Le travail superbe du photographe Lasse Hoile

NMH – Est-ce que vous avez une tournée planifiée en Europe ?

EV – C’est drôle que tu me le demandes parce que l’autre jour, j’ai eu une belle conversation avec des bookers aux Pays-Bas. Ils sont vraiment intéressés de faire quelque chose avec nous.

Nous avons trouvé un arrangement pour faire une tournée pendant l’année 2018, peut-être avant ou après l’été, nous ne savons pas encore. Mais ça pourrait arriver donc, croisons les doigts.

NMH – C’est une bonne nouvelle ! Il y a deux jours, j’ai découvert votre album « Duun ». Qui est vraiment différent de ce que vous faites d’habitude. Est-ce que c’est lié avec ce qui, je crois, est ton second projet sur lequel je n’ai trouvé que très peu d’informations « The Erlend Viken Trio », ton trio de folk ?

NDLR : CECI N’EST PAS LE MÊME ERLEND VIKEN :

EV – *rire* Je n’ai pas de trio…

NMH – Sérieusement ? Mais c’est le même nom, et il vient de la même ville que toi ? C’est dingue !

EV – Oui, c’est mon « frère de nom ». C’est compréhensible parce que c’est une fameuse coïncidence. Il a le même nom que moi, quasiment le même âge, il fait de la musique que je pourrais moi-même composer, il habite à Trondheim aussi… Incroyable non ?

NMH – C’est embarrassant pour moi, mais je dois avouer qu’on trouve peu d’infos à ce sujet ! Bref… Je voulais te demander quel était l’objectif artistique avec « Duun » ?

EV – Il y a quelques albums sous le nom de Soup qui sont plus des albums solos pour moi ou au moins des albums qui ne sont pas représentatifs de ce que Soup est devenu aujourd’hui.

Duun était juste un « à côté » pour moi. Je l’ai fait en une semaine vraiment intensive. C’est un hommage à un des grands écrivains norvégiens : Olav Duun. Les paroles ont été écrites en partie par mon frère, donc c’est un projet un peu différent par rapport au reste des albums de Soup.

L’écrivain est de ma région, au milieu de la Norvège, il est décédé dans les années 30. Il a écrit quelques magnifiques livres dans lesquels je m’identifie en tant que musicien mais aussi en tant qu’humain. Donc j’ai pensé que ce serait un beau geste que de lui consacrer un album afin de l’honorer.

C’était la seule ambition que j’avais avec ce disque, il n’y avait rien d’autre.

NMH – Ce disque a cependant la même humeur par rapport à vos autres disques.

EV – Oui, c’est un peu particulier parce que j’ai commencé Soup tout seul et ça a évolué vers un groupe. Et maintenant c’est un peu bizarre d’avoir ces albums dans notre catalogue. J’aurais peut-être dû les sortir en tant qu’albums solo, qui sait ?

Si ça doit arriver encore dans le futur, ce genre d’album sera sous mon nom, ça évitera certaines confusions.

NMH – Oui, en tant que « Folk Trio » par exemple… *rire*

EV – *rire* Bien vu ! Pour revenir à Duun, il y a d’autres albums qui sont un peu à l’écart de la discographie, comme par exemple le premier, Come On Pioneers, qui est presque un album de « pop électronique ». C’était mon premier projet en tant que musicien, ingénieur, compositeur…

C’était un de ces projets que tu as besoin de faire pour te développer en tant que musicien. Entropia était un projet plus fun que je voulais faire. Je voulais voir si j’étais capable d’écrire un album électronique en moins d’une journée.

NMH – C’est un défi en effet ! Ma prochaine question est vraiment lié à ce que tu racontes. Je trouve vos compositions très poétiques, spécialement sur Remedies, et quand j’écoute Audion, je me dis qu’il s’agit d’un interlude mais pas trop quand même. Il sonne assez « religieux » mais pas uniquement à cause de l’orgue, dans la mélodie aussi. Comment avez-vous imaginé ce morceau, disponible également en version post-rock sur votre dernier EP.

EV – C’est juste. Cette version post-rock devait être celle qui figurerait sur l’album.

NMH – Pourquoi avoir choisi l’autre, alors ?

EV – Parce qu’il y avait déjà beaucoup de choses dans ce style sur l’album. Nous avions besoin d’un peu de calme. Le format de l’album est très important pour nous. Nous voulons raconter une histoire du début à la fin du disque. Alors nous pensons toujours à la façon dont nous allons construire l’album, dans son entièreté.

Avec Audion et la partie jouée à l’orgue, c’est particulier parce que nous avions besoin de quelque chose en plus sur le disque, une sorte de pause. Et donc Audion apportait ça mais c’est aussi une variation par rapport au reste qui sert à préparer l’auditeur pour la deuxième partie de l’album.

Il y a des trucs vraiment intenses qui se passent avant Audion donc c’est une chance de se concentrer à nouveau, de faire tomber la tension et de reprendre à nouveau après le morceau. Ce morceau avait une mission. C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas utilisé la version post-rock parce que c’était « too much ».

Nous ne voulions pas la jeter non plus, c’est pour ça qu’il est sur l’EP.

NMH – Est-ce que vous avez donc essayé de construire Remedies en tant qu’album-concept ?

EV – Il y a toujours une sorte d’unité, ou concept derrière un album. Mais en termes de paroles, non, il n’y a pas vraiment de relations. Ce sont plus des sujets que nous abordons.

L’album a été enregistré en 10 jours, donc tout s’est passé de manière très intense et condensée. Donc il y a une certaine unité dans les morceaux puisque l’on ne s’amuse pas à bouger les micros, les amplis… L’album sonne comme un tout.

C’est différent que d’enregistrer un morceau en août, un morceau en novembre, etc.

C’est un album concept en termes de sonorités, d’humeur, mais pas en paroles, du moins pas directement. Donc c’est à toi de décider si tu veux l’appeler album concept ou non. *rire*

NMH – *rire* Je dirais que… on le ressent comme un album concept !

EV – C’est ce qui est important, c’est ce que nous voulions communiquer.

NMH – C’est réussi, bravo ! Quand je t’entends parler de Soup, tu le fais de manière très personnelle. Es-tu plutôt un dictateur dans ton groupe ou fonctionnez-vous de manière démocratique ?

EV – Et bien… J’ai commencé seul. Je mets vraiment beaucoup d’énergie et tout mon cœur dans ce projet donc laisser d’autres gens entrer dans le projet est un processus qui prend du temps. Parce que je ne crois pas au dévouement d’autres gens envers Soup avant de nombreuses années.

Quand les gens restent, s’engagent dans Soup, ça devient de plus en plus un effort collectif. Nous nous stabilisons actuellement avec le guitariste et le bassiste, ça fait 6-7 ans.

Je ne préfère pas qu’ils pensent que je suis un dictateur. *rire* Je pense que c’est vraiment difficile d’être très créatif et d’avoir une approche positive envers la musique quand tu es un dictateur.

D’un autre côté, je ne suis pas du tout emballé à l’idée de faire quelque chose qui se situe en dehors de ma zone de confort donc je me réserve le droit de mettre mon véto à quelque chose.

Mais sinon, j’apprécie les efforts créatifs, j’apprécie créer de la musique collectivement et je n’ai aucun problème lorsqu’il s’agit d’éliminer mes propres idées si l’idée du groupe est meilleure. Je me considère donc comme un dictateur modéré. *rire*

NMH – Bonne réponse ! A propos de votre style, c’est un mélange entre du post-rock et du rock progressif. Il est unique donc, comment nommerais-tu ton style ? Les artistes n’aiment généralement pas qu’on les range dans un tiroir.

EV – Je donne généralement des exemples de musiciens auxquels nous ressemblons. C’est plus facile pour les gens de se représenter un groupe en comparant avec ce qu’ils connaissent.

Je pense que tu es dans le bon, nous avons des éléments de post, de prog, de rock et une sorte de musique de film également. Je ne sais pas s’il y a vraiment un nom dans votre vocabulaire pour nous définir mais si tu en trouves un, ça serait chouette !

NMH – J’ai trouvé : de la bonne musique.

EV – Bonne réponse ! *rire*

NMH – Quels sont les groupes contemporains, ou du passé, que tu écoutes actuellement ?

EV – Tous les classiques qui se concentrent sur l’émotion plutôt que la technique sont intéressants pour nous. Tout ce que tu écoutes entre en jeu quand tu es un musicien parce que même si je ne veux pas le reconnaître, il y des trucs vraiment bizarres qui nous influences comme Céline Dion, U2 par exemple… C’est peut-être une infime partie mais c’est là, dans ma tête, comme un ADN musical.

Bon… Allons voir ma playlist actuelle. The Dark Side of the Moon, Johann Sebastian Bach, The Wall… Oh ça fait 2 Pink Floyd! Voyons voir… The Velvet Underground, Simon & Garfunkel, Queen et aussi Mew, Motorpsycho. Le guitariste est un bon ami à moi, il m’a félicité pour Remedies, je dois encore le féliciter pour The Tower ! Il y a aussi Hans Zimmer avec Interstellar, Tame Impala avec Lonerism… Tu en as assez ou tu en veux encore ? *rire* Oh, Sigur Ros, Godspeed You ! Black Emperor bien sûr!

J’étais à leur premier concert en Norvège, en 2001, et je les ai vu en tournée avec Lift Your Skinny Fists Like Antennas to Heaven. J’ai acheté un de leurs vinyles et il y a une pièce dedans, qui a été fracassée sur des rails. Ils l’ont mise dans une petite enveloppe, j’ai celui-ci.

Les autres membres du groupe écoutent des trucs comme Radiohead, du prog suédois des années 70 et aussi The White Stripes.

Les trucs que nous avons en commun sont Pink Floyd, Sigur Ros, Mogwai, Motorpsycho, Radiohead. Quand nous jammons, ce sont les trucs qui nous rassemblent.

NMH – Merci pour ce moment, j’ai une dernière question à te poser. Le premier morceau de Remedies s’appelle « Going Somewhere ». Donc je te pose tout naturellement cette question : vers quelle destination se dirige Soup ?

EV – J’espère que nous allons rapidement commencer de nouvelles sessions d’enregistrement, un autre album et ensuite une tournée.

C’est à peu près tout… et puis nous venons à ton émission pendant le dunk!festival !

NMH – Bien sûr, je serais ravi de vous rencontrer et de vous voir jouer sur scène ! J’attends ça depuis longtemps ! Passons à notre jeu pour terminer ! Voici une série de duos de mots, tu dois absolument choisir l’un des deux.

EV – D’accord, ça me parait cool !

NMH – Post-rock ou prog rock ?

EV – Hmm… Prog.

NMH – CD ou Vinyle ?

EV – Dois-je vraiment choisir ? C’est une bonne combinaison donc…

NMH – En effet, vous proposez le CD uniquement avec l’édition vinyle !

EV – Je pense que beaucoup de gens préfèrent le CD et nous devons respecter ça. Beaucoup de gens aiment le vinyle mais si on parle de qualité sonore, je préfère celle du vinyle.

NMH – Ecouter de la musique ou créer de la musique ?

EV – Créer de la musique, sans hésitation.

NMH – Mogwai ou Sigur Ros ?

EV – Wow… Merde. Et bien… Ce n’est pas évident parce que nous sommes amis avec Mogwai mais je pense que j’écoute plus Sigur Ros que Mogwai. Si je devais écouter pendant un mois, non-stop, de la musique, je choisirais Sigur Ros. Ce serait trop intensif d’écouter Mogwai 24h/24. Sigur Ros est peut-être plus diversifié.

NMH – Soupe mixée ou soupe non-mixée ?

EV – Qu’est-ce que c’est que ça ? C’est un truc français ou belge ? Je pensais que toutes les soupes étaient mixées. Bon allez… Pas mixée !

NMH – Bière ou vin ?

EV – Vin.

NMH – French fries ou Belgian fries?

EV – Hahaha! Celle-là est évidente, non ? Je veux une grosse portion de frites belges avec de la mayonnaise !

NMH – *rire* Merci pour ce fabuleux moment en tout cas ! Merci Erlend !

EV – Avec plaisir !

  • Guillaume

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *