Webmaster et apprenti-fan de post-rock

Vaut-il encore la peine de vous présenter God Is An Astronaut ? Le célèbre trio irlandais qui parcourt les scènes post-rock depuis 2002 et nous partage leur univers musical puissant et aérien.

Et c’est 16 ans plus tard que j’ai le plaisir de les découvrir dans la petite salle du Ninkasi Kao à Lyon, capable d’accueillir 600 âmes. Le concert est organisé dans le cadre de la tournée liée à la sortie récente de leur album Epitath (je vous conseille d’aller lire la super chronique de Guillaume en cliquant ICI ). Petite particularité du concert: contrairement aux autres concerts de la tournée, celui-ci n’est pas précédé de la première partie honorée par Xenon Field.

© Frédéric Boivin

20h00 : les lumières se tamisent, les spots s’allument, et tout le monde attend avec impatience l’entrée des artistes. Le claviériste entre en scène et balance les premières notes du morceau homonyme « Epitaph« . Le concert commence ainsi comme l’album, mettant en avant leur récent travail. Il est suivi du bassiste, du batteur et enfin du chanteur. Tout est en place et ils enchainent avec le deuxième titre du dernier album : « Mortal Coil ».

20h15 : Intervention du lead guitarist, Torsten Kinsella, pour nous parler du dernier album tout en annonçant que le prochain morceau sera « The End Of The Beginning«  issu de leur premier album. Heureusement pour moi, j’avais écouté leur premier album dans la semaine et je trouve l’intention bonne de tout de suite alterner avec de l’ancien, voir du très ancien.