Rédacteur en chef et Fondateur de NMH. Spécialisé dans le post-rock, l'ambient, le post-metal, le psychédélique et la musique progressive en général.

Nous ne sommes pas habitués de délivrer des chroniques aussi longues pour des albums aussi courts. Ici, c’est clairement une exception, notamment parce qu’il s’agit de notre semaine spéciale consacrée aux artistes belges, mais aussi parce qu’ALEA(s) offre bien plus qu’un album. Ce trio bruxellois n’est pas totalement inconnu de notre webzine puisque j’avais eu la joie de découvrir le groupe lors d’une de leurs performances haletantes, à l’Entrepôt à Arlon aux côtés de Féroces et de We Stood Like Kings. J’en avais même rédigé un article, que vous pouvez toujours découvrir en cliquant ici. Voici ce que je disais, en partie :

 » […] alors que le dessinateur Pierre Coubeau « massacre » ses canevas de lignes et autres motifs à l’aide de pastel tout en prenant des photos grâce à un appareil placé au dessus de son œuvre, Boris Wilmot anime celles-ci et projette en direct sa production au rythme de la musique électronique créée par François Gaspard. Un spectacle impressionnant, original et déroutant que je conseille à tous les curieux, peu importe votre orientation musicale. »

Vous comprenez donc pourquoi je suis ravis, aujourd’hui, de vous présenter leur premier E.P.

ALEA(s), c’est donc une performance artistique difficile à presser sur vinyle. En plus d’être de la musique électronique à tendance « indus » voire même synthwave par moments, il s’agit d’une œuvre visuelle. Mais alors comment retranscrire des émotions que nous n’avons plus vécues depuis un certain temps (les concerts, tout ça…) en studio, et qui plus est en format vinyle? Tout simplement en ajoutant des animations sur le support. Oui, vous avez bien lu. Le vinyle, lorsqu’il tourne et est exposé à une lumière stroboscopique (30hz – il existe des app sur vos smartphones pour ça), révèle des animations subjuguantes au rythme de leur musique hypnotisante. Le résultat est bluffant, aussi bien visuellement que mélodiquement.

En musique, cette émotion se transmet par l’utilisation de patterns mélodiques répétitifs sombres, parfois même lourds, que j’ai rarement entendus chez des artistes de musique électronique. Les sonorités et textures employées sur ces quatre morceaux endiablés auraient pu l’être sur des albums de rock expérimental, voire même de musique avant-gardiste ou de post-metal, pourquoi pas. Je ne serais pas étonné d’apprendre que les influences de ces trois gaillards ne s’arrêtent pas à l’univers de la musique électronique. Voyez donc par vous même ce que peut donner une de leurs performances en live :

Sur ce premier E.P. déjà bien renversant, ce sont quatre morceaux qui se succèdent avec efficacité. Ce qui me rend dingue, c’est qu’il leur suffit de ces quatre morceaux pour imposer leur style et poser les balises de leur musique. Dès qu’on lance l’album, on reconnaît ALEA(s), on s’imagine avec aisance les visuels qui pourraient coller si nous étions en live, occupés à les admirer. Certains groupes mettent des années à affirmer leur style et à se créer une identité musicale, album après album. ALEA(s) s’est plutôt découvert en live, a peaufiné son style au fil des performances pour nous proposer cet E.P. qui définit encore un peu plus leur musique.

Qui a dit que la musique électronique, c’était chiant? Toi, la-bas, qui dénigre les styles musicaux qui ne te plaisent pas, viens écouter ALEA(s), assiste à un de leur concert quand ce sera possible et vois à quel point l’electro peut transporter et mettre en transe autant que du metal, du post-rock ou du noise. Vois à quel point la musique du trio bruxellois peut transmettre de la sensibilité que du post-classique… Une autre facette de la sensibilité, certes, mais pas du tout dénuée de subtilité. J’espère sincèrement découvrir encore plus de musique enregistrée en studio de la part du groupe belge. Parce que, que ce soit en live ou à la maison, il y a quelque chose de très profond qui ressort de leurs compositions.

  •  Guillaume

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *