Rédacteur en chef et Fondateur de NMH. Spécialisé dans le post-rock, l'ambient, le post-metal, le psychédélique et la musique progressive en général.

Là où Illusive Landscape Of Expression m’avait laissé un peu perplexe, Call of the Void redresse nettement la barre. J’aime beaucoup le post-rock lorsqu’il cherche à sortir, ne serait-ce qu’un peu, des sentiers battus. Celestial Wolves, groupe belge originaire de Herzele dans la province de Flandre-Orientale, est parvenu a faire un album de cet acabit avec une thématique pour le moins originale. L’expression « Call of the Void » désigne en effet le désir incontrôlable que l’être humain a de faire des choses dangereuses, voire potentiellement mortelles : cette envie de sauter dans le vide s’exprime de multiples manières et le groupe en explore quelques possibilités.

Avec une introduction traditionnellement post-rock, on peut s’attendre à un album relativement contemplatif, ce n’est (partiellement) pas le cas. Il y a bien sûr une face majoritairement atmosphérique dans cet opus très réussi mais le groupe intègre des éléments rock / métal plus percutants avec une intelligence indéniable. En témoigne le second morceau, « -128.6°F » qui désigne la température la plus basse enregistrée sur Terre, où des influences plus heavy à la Cult of Luna se dégagent. Écoutez vous-même :

Call of the Void évoque beaucoup d’images et le choix du sujet n’y est pas pour rien. Une thématique telle que les « anomalies » / « curiosités » du monde ne peut qu’être en adéquation avec un style musical comme le post-rock, par essence évocateur. Les crescendos sont placés avec parcimonies et surtout de manière judicieuse, le groupe mettant plus l’accent sur la création d’ambiances propres à chaque morceau plutôt que sur les gimmicks récurrents du genre.

Grâce à ce fait, les musiciens parviennent à créer des compositions cohérentes, bien distinctes les unes des autres, mais intimement reliées par leur thématique. J’ai d’ailleurs un petit faible pour des titres comme « Bangui » et « -128.6°F » qui brillent par leur puissance et leur intensité, intensité qui doit sans doute être décuplée si le groupe joue ces morceaux en concert. Aurons-nous la chance de les voir au Dunk!festival 2019?

Celestial Wolves est passé au niveau supérieur avec Call of the Void qui est un album riche, varié, ni trop long, ni trop court. Profitez de l’opportunité pour aller faire un tour sur la boutique Dunk!Records afin d’admirer la superbe édition en vinyle orange qu’ils proposent. Franchement, foncez, allez soutenir la scène belge qui ne fait que grandir en nombre de groupes mais aussi en qualité. La scène underground / indépendante n’est pas morte, surtout en Flandre où ce genre de groupe fait partie d’un renouveau du métal instrumental auquel nous, mélomanes fans de post-genres, sommes en train d’assister.

  • Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *