Rédacteur en chef et Fondateur de NMH. Spécialisé dans le post-rock, l'ambient, le post-metal, le psychédélique et la musique progressive en général.

Bandcamp est un outil merveilleux, il permet de découvrir des groupes qui, sans lui, resteraient (probablement) à jamais dans l’inconnu. Heureusement grâce aux diverses recommandations de ce site que je vous invite à consulter régulièrement, j’ai pu découvrir glaston, un collectif suisse de musique post-quelquechose que j’apprends à apprécier de plus en plus à chaque écoute.

La Musique

J’ai directement envie de vous dire que si vous êtes fan de We Stood Like Kings, glaston risque bien de vous plaire. En effet, ce groupe de post-rock utilise le piano comme moteur pour leur musique variée aux influences multiples. Le jazz s’invite avec parcimonie dans quelques compositions qui prennent également des caractéristiques du style post-classique, comme sur « Levitating » qui fait vaguement penser à Ólafur Arnalds.

Inhale / Exhale est un disque riche et chaque écoute permet de réaliser à quel point le travail autour des mélodies est impressionnant. C’est précisément là où se situe la force du groupe : la richesse mélodique. Ne dit-on pas « le diable est dans les détails »? L’expression prend tout son sens avec Inhale / Exhale où chaque petit son ajoute une plus-value au disque, par exemple le bruit des baguettes du batteur qui s’entrechoquent pendant quelques moments plus calmes sur certaines compos.

Sur cet album, chaque morceau est important, cela contribue à donner à l’ensemble une cohérence remarquable. Inhale / Exhale grandira avec le temps, j’en suis certain, il prend déjà une place importante dans ma liste des meilleurs albums de ces cinq dernières années.

L’objet

Comme vous pouvez le voir, le soin apporté à la musique se retrouve dans le travail de l’objet en lui-même. Un groupe qui prend le soin de travailler sa musique en bâclant le côté visuel et artistique se tire un peu une balle dans le pied, qui s’est déjà senti attiré par une pochette médiocre avec des typographies douteuses et des dessins peu recherchés? La pochette de Inhale / Exhale dépeint des lignes courbes qui forment deux poumons en référence au titre du disque.

Le choix des couleurs des deux vinyles est intéressant, l’un plus transparent que l’autre comme montré sur l’image suivante :

L’effet nuage donne très bien sur les deux vinyles et au-delà de la beauté de la réalisation, ils sonnent tous les deux à la perfection. Une bonne balance entre les instruments et un son cristallin sont les caractéristiques du mastering très réussi de Inhale / Exhale.

Les deux étiquettes minimalistes sont également raccord avec les couleurs des disques. Un détail? Oui, mais imaginez une étiquette rouge sur le vinyle transparent et ça le fait tout de suite moins…

Les deux vinyles sont accompagnés par un livret où chaque page est dédiée à un morceau. On y retrouve le titre ainsi qu’une phrase parfois énigmatique. Certains titres ne sont d’ailleurs pas dénués d’humour (« Game of Tones« … Génial non?).

On parcourra ce petit livret avec plaisir lors de la première écoute (ou même des suivantes!) de l’album. Je le dis souvent, mais il est agréable de voir que beaucoup de groupes pensent aux amoureux de petits gimmicks fournis avec l’album qui donne une présence accrue aux compositions.

L’édition vinyle de Inhale / Exhale est indispensable si vous adorez l’album et que vous voulez soutenir le groupe dans sa démarche. Voici donc le lien vers la page Bandcamp du groupe où vous pourrez vous procurer la bête : https://glaston.bandcamp.com/album/inhale-exhale

Galerie
  • Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *